Vous êtes ici: Accueil > La revue de presse > 2014

2014

Revue de presse 2014/09/16 : LNC L’HISTOIRE, GRANDEUR NATURE

La Grande Guerre, telle qu’elle a été vécue sur les deux rives de la mer de Corail, a inspiré au lycée de Nouville un beau projet. Des élèves de première de Jules-Garnier sont rentrés « grandis », jeudi dernier, d’un périple de dix jours en Australie.


Les lycéens de Jules-Garnier sur les marches du Parlement fédéral, à Canberra. A l’arrière-plan, l’Australian War Memorial.
Photo DR

L’aboutissement d’un projet de longue haleine et le symbole d’une histoire en partage. Jeudi dernier, vingt et un élèves de première S du lycée Jules-Garnier sont rentrés d’un séjour en Australie, entre Sydney et Canberra. Il y a bientôt cinq mois, le 25 avril dernier, au petit matin, ces mêmes élèves étaient sur les hauteurs du mont Coffyn pour commémorer le 99e Anzac Day (1). Une « première » que Patrick Rétali, le proviseur de l’établissement, n’avait pas manqué de souligner pour cette classe impliquée dans un projet sur le thème de la Grande Guerre, en partenariat avec le lycée Telopea Park School de Canberra.

Mémoire. Entre-temps, la classe encadrée par Thomas Feldstein et Olivia Baudouin, respectivement professeurs d’histoire-géo et d’anglais, avait vendu quelques fournées d’Anzac biscuits (2) pour financer le voyage - en plus des subventions - et, surtout, effectué un travail historique et patrimonial à partir de lettres envoyées à leurs proches par des soldats australiens, néo-zélandais et calédoniens. En juin dernier, enfin, ils avaient accueilli treize lycéens de Canberra, première étape d’un échange qui s’est effectué en deux temps. Début septembre, les élèves de Thomas Feldstein ont décollé à leur tour, direction Sydney, puis Canberra. Pour dix jours de cours, de visites de musées et d’activités sportives avec leurs correspondants. « Six lycéens n’avaient jamais quitté la Calédonie, ni même pris l’avion », note Thomas Feldstein, qui tire un bilan « très positif » de ce séjour. « Les élèves ont réutilisé des connaissances qu’ils avaient acquises auparavant », souligne le professeur d’histoire-géographie. Un apprentissage qui leur a notamment été utile lors de la visite de l’Australian War Memorial, dans la capitale fédérale. « Nous avons également travaillé sur l’historiographie, la manière dont on décrit l’histoire, et sur le caractère mémoriel qu’elle prend aujourd’hui », complète l’enseignant.

Confiance. Autre temps fort de ce voyage, les élèves de Jules-Garnier ont reproduit les saynètes, inspirées de lettres de soldats, qu’ils avaient interprétées en juin dernier devant leurs homologues australiens, à Nouméa. « Le spectacle a été joué devant huit cents élèves environ, il a été très bien accueilli », s’enthousiasme Thomas Feldstein. « Ce séjour a permis aux élèves de grandir et de gagner en autonomie et en confiance, explique l’enseignant. Certains se sont mêmes révélés », ajoute-t-il. A peine étaient-ils rentrés que les jeunes ont manifesté leur envie de repartir. « Le partenariat se poursuit l’année prochaine, mais avec d’autres lycéens », confirme Thomas Feldstein, avec, en ligne de mire, un jumelage entre les deux établissements à concrétiser dans les années à venir.

(1) L’Anzac Day rend hommage aux soldats de l’Australian and New Zealand Army Corps.
(2) Des biscuits préparés par les femmes des soldats et conçus pour être comestibles après un périple de deux mois en bateau.
Tomislav Govekar

Mise à jour : 22 septembre 2014

Imprimer la page Modifier la taille des caractères Modifier la taille des caractères