Vous êtes ici: Accueil > La revue de presse > 2014

2014

Revue de presse 2014/10/08 : LNC LA SCIENCE EN TÊTE

Avec le lancement de nouvelles formations dans les domaines des sciences et des technologies, le lycée Jules-Garnier affirme son appétence pour ces secteurs. D’autres établissements innovent également. Le point sur les nouveautés de la rentrée 2015.


Pierre angulaire d’une nouvelle filière, un enseignement d’exploration « Création culture design » sera ouvert en février prochain au lycée Jules-Garnier.
Photo Aude-Emilie Dorion

Avec l’annonce du lancement il y a une quinzaine de jours d’une classe préparatoire aux grandes écoles littéraires, le lycée Lapérouse est venu compléter l’offre de formations post-bac proposée aux étudiants de Nouvelle-Calédonie. Au lycée de l’Artillerie, donc, la tonalité littéraire, à son homologue du Grand Nouméa l’économie-gestion et à Jules-Garnier les sciences. Période d’orientation oblige, le lycée « polyvalent », comme aime à le souligner Patrick Rétali, proviseur de Jules-Garnier, vient à son tour d’annoncer l’ouverture de nouvelles formations pré et post-bac pour la rentrée 2015. Une manière de réaffirmer l’engagement de l’établissement dans « une carte de formations à dominante scientifique et industrielle dans les domaines de l’enseignement général, technologique et professionnel », rappelle Patrick Rétali.

Demande. Première des trois nouveautés proposées par le lycée, un enseignement d’exploration « Création culture design » en classe de seconde. Avec, en prévision pour 2016, l’ouverture d’une première STD2A (arts appliqués) et d’une terminale l’année suivante. La formation, qui se situe « à l’interface entre la création et l’industrie », précise Joël Liabœuf, chef d’atelier à Jules-Garnier, accueillera trente élèves de troisième, de tous horizons. Cette filière vise les métiers du design, de l’infographie à la publicité, de la domotique à la création d’objets du quotidien, comme des robots ménagers. Toujours dans le domaine pré-bac, Jules-Garnier proposera une spécialité « Systèmes d’information et du numérique » pour le bac STI2D (développement durable). Une formation « très demandée par les élèves et très recherchée par les entreprises localement », note Joël Liabœuf

Entreprise. A noter, également, la création d’un BTS Technico-commercial, spécialité « énergie et environnement », à Nouville. « L’objectif est de former un négociateur capable de répondre sur un plan technique et commercial », décrypte Patrick Rétali. Qui précise que « cette spécialité pourra évoluer dans le futur de manière à alimenter les différents champs d’activités et offrir des débouchés constants aux élèves ». Parmi ces spécialités à venir, le négoce en pièces automobiles et le bâtiment. Comme en écho au lycée Jules-Garnier, le collège Jean-Mariotti ouvrira trois nouvelles options de DP3 (découverte professionnelle, option trois heures) à la rentrée 2015, « pour faire découvrir le monde de l’entreprise aux classes de troisième », explique-t-on au collège. Ces trois options seront respectivement labellisées « scientifique », « arts plastiques » et « arts plastiques-design ». Le collège indique par ailleurs que l’option DP3 est rendue possible pour tous les élèves de troisième. De retour dans le quartier de l’Artillerie, une première technologique, série Hôtellerie, verra le jour au lycée professionnel Escoffier en février prochain. Cette formation s’inscrit dans la continuité logique de la seconde technologique lancée cette année et sera marquée par « beaucoup plus d’enseignement général, comme dans toutes les filières technologiques », indique Marie-France Klein, proviseur adjointe de l’établissement. Enfin, pas de nouvelle offre de formation en sciences et technologies au collège de Kaméré, mais un événement quand même puisque « l’établissement accueillera la Fête de la science l’année prochaine et en 2016 », souligne Emmanuelle Castella-Maniel, la principale-adjointe du collège

Vingt ans de prépa…

C’est aujourd’hui que les classes préparatoires aux grandes écoles du lycée Jules-Garnier célèbrent leurs vingt ans d’existence. L’occasion de revenir sur le parcours de celles et ceux qui ont ouvert cette voie d’excellence en février 1994. « Il y avait moins de dix élèves dans la première promotion », rappelle Patrick Rétali, l’actuel proviseur du lycée polyvalent. Avant d’annoncer le passage de quarante-huit à soixante des effectifs de la classe prépa Physique, technologie et sciences de l’ingénieur (PTSI) dès la rentrée prochaine. « C’est un accroissement qui n’est pas négligeable, fait remarquer Patrick Rétali, car il va permettre de créer une deuxième prépa PTSI » en complément de la filière Adaptation des techniciens supérieurs (ATS). Une histoire de vingt ans couronnée de succès, avec un sans-faute exemplaire pour les soixante élèves de deuxième année de prépa ATS et PTSI qui ont tous été reçus en août dernier avant de s’envoler pour rejoindre leurs grandes écoles respectives en Métropole.

Tomislav Govekar / tomislav.govekar@lnc.nc

Mise à jour : 9 octobre 2014

Imprimer la page Modifier la taille des caractères Modifier la taille des caractères