Vous êtes ici: Accueil > La revue de presse > 2014

2014

Revue de presse 2014/11/08 : LNC DE L’ÉCOLE AU MUSÉE

Des élèves de quatre établissements ont présenté jeudi au musée de la Ville leurs travaux autour de la grande guerre. Labellisés par la Mission du centenaire, ces projets leur permettent de travailler des compétences transversales comme le théâtre.


La classe Défense du collège de Magenta a présenté une évocation de la disparition du Mousquet.
Photo Thierry Perron

Tous n’ont que ce mot à la bouche. Aboutissement. Pour les élèves surtout. Cela fait un an qu’ils travaillent sur les projets qui seront exposés pendant un mois au musée de la Ville. Après avoir déposé leurs dossiers en 2013, quatre établissements, les collèges de Magenta et de Normandie, les lycées Jules-Garnier et du Grand Nouméa, ont obtenu leur labellisation de la Mission du centenaire à Paris.

Contemporain. Jeudi soir, près de 150 personnes ont assisté au vernissage qui s’est ouvert dans les jardins du musée. Quatorze élèves de la classe Défense de Magenta ont proposé des saynètes autour de la disparition du contre-torpilleur Mousquet, en 1914, dans le détroit de Malacca. « Ils avaient déjà pu les jouer au monument aux morts de la Pointe Chaleix mercredi, raconte Patricia Le Rohellec, la principale. Ce sont eux qui ont écrit les textes. » Pour les enseignants qui inscrivent leur classe, cette démarche a des retombées multiples. « Comme on travaille régulièrement sur le sujet, ça leur permet d’intégrer et de s’imprégner des connaissances dans la durée », détaille Thomas Feldstein, professeur d’histoire géographie au lycée Jules-Garnier. Ses élèves ont décliné le sujet autour des correspondances de soldats. « En plus, ça les interroge sur le rapport à la mémoire ou à l’universalité des souffrances. Qu’est-ce qu’il reste aujourd’hui de la souffrance de ces hommes ? On peut trouver des échos dans des conflits contemporains. »

Jumelage. Le lycée Jules-Garnier, qui s’inscrit dans la durée dans ce partenariat, souhaite mettre en place un jumelage avec un établissement australien l’an prochain. Cette classe de première, qui a effectué un voyage à Canberra, a aussi pu travailler sur ces thématiques en anglais. « C’est un projet modèle, car il mobilise des compétences socles, généralistes, mais aussi humanistes, citoyennes, d’autonomie et d’initiative. C’est ce qui lui donne sa valeur pédagogique, explique Yves Jacquier, délégué académique aux relations internationales au vice-rectorat. Ce qui est intéressant aussi, c’est qu’ils proposent des travaux très divers à partir de la même problématique. » Actuellement sept sections ont déjà déposé des dossiers pour s’inscrire dans le dispositif en 2015. Là encore, ils seront étudiés par le comité académique avant d’être envoyés à Paris pour leur labellisation.

Les travaux des élèves sont exposés depuis hier et ce pendant un mois au musée de la Ville.

Stéphanie Chenais

Mise à jour : 13 novembre 2014

Imprimer la page Modifier la taille des caractères Modifier la taille des caractères