Vous êtes ici: Accueil > La revue de presse > 2015

2015

Revue de presse 2015/05/26 : LNC JULES-GARNIER TITRÉ MAIS FRUSTRÉ

Les cadettes et les cadets du lycée nouméen ont ramené ce week-end deux nouveaux titres nationaux, le 40 et le 41e d’une série ininterrompue. Mais en raison d’un point de règlement, ils ne pourront pas participer aux Mondiaux scolaires en juillet. Explications.


Privés des Mondiaux en Chine, les lycéens de Jules-Garnier et leur coach Eric Reuillard (à droite avec la casquette), champions de France, ont essayé de garder le sourire.
Photo Jules-Garnier

Heureusement, il y a eu ce week-end détente et culturel à Londres dans la foulée des championnats de France qui a permis de faire passer - un peu - la pilule. Car samedi, c’était surtout la soupe à la grimace pour les jeunes athlètes du lycée Jules-Garnier.
Leur belle série - invaincus depuis plus de 20 ans - n’a pourtant pas pris fin à Tourlaville puisque tant les cadettes que les cadets se sont logiquement et très largement imposés pour ramener un 40 et 41e titres de champion de France d’athlétisme (dont 25 par équipes) au lycée nouméen. Mais plus que deux nouvelles médailles d’or, les Calédoniens avaient surtout dans le viseur une qualification pour les championnats du monde d’athlétisme scolaire programmés en Chine en juillet prochain.

Une récompense promise habituellement tous les deux ans aux cadettes et aux cadets sacrés champions de France. « Sauf que l’UNSS a décidé de changer la donne cette saison et de pondre une nouvelle réglementation qui a joué clairement en notre défaveur », avoue Eric Reuillard, dit « Pap’s », le professeur d’EPS de Jules-Garnier, présent en Métropole avec ses jeunes protégés pour la 10e année consécutive.

Iniquité. L’UNSS a décidé d’autoriser exceptionnellement certains lycées à concourir dans l’épreuve réservée à la catégorie cadettes/cadets avec des athlètes juniors première année et un élève inscrit sur les listes de haut niveau du ministère des Sports ou pensionnaire d’un pôle France. « Ces lycées ne pouvaient pas prétendre officiellement au titre de champions de France mais pouvaient en revanche être qualifiés pour les Mondiaux s’ils terminaient premiers à l’issue des 10 concours », relate Reuillard. Une situation ubuesque, d’autant plus qu’elle a été officialisée sur le tard.

Investissement. « Nous n’avons été prévenus qu’en avril dernier et il n’était pas question pour nous de remettre en question la participation de nos cadets qui s’étaient investis depuis deux ans pour cet objectif », assure l’ancien champion de Calédonie de saut à la perche. Sauf que ce week-end, ce sont les lycées Uruguay France d’Avon (chez les garçons) et Cesson Sévigné (chez les filles) avec des athlètes plus âgés et expérimentés qui ont décroché les précieux sésames pour la Chine.

Les regrets et la frustration sont d’autant plus grands du côté de Jules-Garnier que les jeunes Calédoniens ont réalisé des concours quasi parfaits, terminant à quelques points seulement de leurs adversaires. « C’est comme si on avait joué à 9 contre 11 pendant tout un match, qu’on était proche de se qualifier avant de prendre un but dans les arrêts de jeu », ironise Eric Reuillard. Seule consolation, au vu des nombreuses plaintes, l’UNSS a décidé de faire machine arrière pour les prochaines éditions. Jules-Garnier pourra donc retenter sa chance dans deux ans sans risque cette fois d’iniquité sportive.

■ Repères

Des performances de haut niveau

Malgré la déception de la non qualification de ses deux équipes pour les Mondiaux scolaires, Eric Reuillard a savouré les performances de ses protégés tout au long de ces championnats. « C’est certainement la meilleure équipe filles jamais alignée par le lycée et les garçons sont tout près du niveau de la génération 2007 (championne de France et vice-championne du monde, ndlr) », admet « Paps ». Tous deux minimes mais surclassés pour l’occasion, Charles Tafilagi, qui a explosé son record au poids avec un jet à 17, 32 m, et Ashley Bolonia, 11, 98 m au poids également, se sont notamment illustrés dans la délégation. Tout comme Esther Wejieme, 16 ans, qui pour sa première incursion sur 400 m, a signé un chrono prometteur (60” 49). Signe de leur potentiel, ils sont 7 sur les 12 athlètes du lycée engagés cette année à Tourlaville à être retenus dans la sélection calédonienne pour les Jeux du Pacifique en juillet prochain.

Les 12 champions de France

Les cadettes
Flora Chamoindri
Esther Wejieme
Goélanne Rossignol
Fiona Wawasse
Jeanne Watha
Ashley Bologna

Les cadets
Ulric Buama
Pierre-Henri Poaniewa
Toarii Zahn
Charles Tafilagi
Waïa Waïemene
Caù Poanoui

Résultats
Garçons (cadets)
1. Lycée Jules-Garnier Nouméa
2. Lycée Thibaut de Champagne Provins
3. Lycée Carnot DijonFilles (cadettes)
1. Lycée Jules-Garnier Nouméa
2. Lycée Alain-Borne Montélimar 3. Lycée Colbert Lorient

Frédéric Ragot

Mise à jour : 27 mai 2015

Imprimer la page Modifier la taille des caractères Modifier la taille des caractères
Dans la même rubrique