Vous êtes ici: Accueil > La revue de presse > 2015

2015

Revue de presse 2015/06/04 : LNC JULES-GARNIER VOIT LES ÉTOILES

Dans la continuité des premières observations du ciel calédonien effectuées par le docteur Caillard, il y a un demi-siècle, sur sa propriété du Vallon-Dore, les élèves du lycée Jules-Garnier et leurs professeurs ont officialisé, mardi soir, la mise en œuvre du deuxième observatoire calédonien.


Le proviseur, Patrick Rétali, a vivement salué le travail réalisé par les professeurs et les élèves.
Photo Hervé Coquoin

« Il n’y a que deux choses immuables et éternelles : le ciel étoilé au-dessus de nos têtes, et la loi morale au fond de nos cœurs. » C’est par cette citation du philosophe Emmanuel Kant, que Patrick Dion, le vice-recteur, a pris la parole lors de cette soirée inaugurale. Comme pour affirmer à la fois l’identité scientifique du lycée Jules-Garnier et souligner l’entreprise et la dimension humaine du projet. « Ce nouvel observatoire d’astronomie est un hommage à ceux qui ont ouvert la voie et l’aboutissement d’un travail de plusieurs années entrepris par une jeunesse constructive tournée vers les étoiles », a résumé Patrick Rétali, proviseur du lycée.

Passion. La renaissance du dôme entreposé depuis plus de quinze ans dans un dock au Mont-Dore est due à l’impulsion donnée par le professeur de sciences physiques, Jérôme Noellat. Pour y parvenir, ce passionné d’astronomie s’est appuyé sur l’Association calédonienne d’astronomie et sur la forte implication des élèves de bac pro. « En véritables professionnels, apprécie le professeur, ils ont réalisé des prouesses en fabriquant des pièces cintrées, réglées au millimètre pour permettre d’accueillir la coupole. » L’émulation générée par cette opération a fini par gagner de nombreuses entreprises du secteur privé, qui ont gracieusement contribué à l’installation de cette dernière.

Observation. La coupole de 4,50 m de diamètre, complètement rénovée, a ainsi trouvé toute sa place sur la terrasse pédagogique de la science et du développement durable du lycée, pour un coût de 400 000 francs. « Nous disposons à présent du second télescope le plus puissant du territoire [l’autre est à La Foa], particulièrement adapté à l’observation de notre système solaire, explique Jérôme Noellat. Nous allons donc pouvoir animer des ateliers avec nos lycéens, mais également avec d’autres établissements. Et pourquoi pas envisager la tenue d’ateliers privés pour des particuliers ? »

La science de l’astronomie pourrait bien prendre un nouvel essor, depuis les premières observations du ciel calédonien effectuées par le docteur Caillard, il y a un demi-siècle, sur sa propriété du Vallon-Dore.

Hervé Coquoin

Mise à jour : 1er juillet 2015

Imprimer la page Modifier la taille des caractères Modifier la taille des caractères
Dans la même rubrique